Skip to main content
Investir dans l'immobilier avec le financement participatif

Investir dans l’immobilier avec le financement participatif





Le financement participatif est très à la mode en ce moment, on le retrouve dans de nombreux secteurs: La production d’albums ou de singles dans l’univers de la musique, le prêt aux particuliers, les systèmes de partage: covoiturage , coavionnage et la liste ne cesse de s’allonger. L’immobilier n’a pas échappé à cet engouement, alors pour ne pas investir?

Quoi de plus logique que de financer à plusieurs ce que l’on ne peut faire seul?

C’est aussi  la seule solution lorsque les banques ne veulent pas financer un gros projet. Investir dans l’immobilier avec le financement participatif ne signifie pas automatiquement posséder un bien physique à soi, on peut tout à fait envisager d’injecter de l’argent dans une société qui investira pour vous.

 

 

Investir dans l’immobilier avec le financement participatif, comment faire? quels sont les risques?

 

Investir dans l’immobilier en finançant un programme

 

financement participatif
Financer de la promotion immobilière

J’ai déjà parlé dans ce blog comment investir dans l’immobilier pour que cela soit rentable, mais c’était de l’immobilier physique: vous achetez un bien pour vous que vous allez louer.

On peut aussi placer de l’argent dans des sociétés comme avec les SCPI sans avoir les contraintes du locatif mais c’est dans la majorité des cas moins rentables.

 

 

Pour le financement participatif c’est un peu la même chose,  plus risqué mais souvent plus rentable. Vous n’allez pas bénéficier de l’effet de levier du crédit, mais vous pourrez placer vos économies et atteindre ainsi des rendements autour de 10%.

Le but est de financer des projets de promotions immobilières: Un promoteur a besoin d’argent pour financer les travaux, et il demande des fonds aux particuliers.

Des sites internet font l’interface entre les particuliers désireux d’investir leurs économies et les professionnels cherchant un financement.

Le risque de perdre son argent est tout à fait réel, car il peut y avoir des soucis de trésorerie avec les entreprises du bâtiments, il est possible aussi que les logements ne se vendent pas au final.

Le retour sur investissement ne sera pas immédiat, la promotion demande du temps afin de boucler le financement, le projet et la construction bien sûr.

Les plateformes internet proposant ce service sont là pour sélectionner les promoteurs. Elle vérifient leur sérieux et regarde si le programme immobilier est assuré de voir le jour: Quel est l’avancement du financement? du projet? Est-ce qu’il y a déjà des pré-ventes effectuées? Il faut déjà que  le projet soit bien avancé.



Qu’est-ce que j’achète concrètement?

 

Vous n’allez pas acheter un appartement ou une maison du projet immobilier. Le site internet vous propose d’investir dans l’immobilier en achetant des actions d’une holding ou des obligations. En gros vous achetez des parts de ce projet comme on peut le faire à la bourse en achetant des actions d’une entreprise.

L’investissement minimum est de 500 à 2000 euros suivant les plateformes

Cet investissement aura donc la même fiscalité que les valeurs boursières.

 

Comment choisir ?

 

plateforme de financement participatif
Comment choisir sa plateforme?

Il existe un statut particulier pour vérifier si le site est sérieux.

C’est le statut de conseiller en financement participatif. 

Vérifier bien que la plateforme ait ce statut avant d’entreprendre vos démarches.

Voici quelques sites de financement participatif ayant un peu d’ancienneté et de sérieux dans ce domaine, la liste est restreinte et ne signifie pas que les autres ne sont pas bons ou pas sérieux.

 

 

Anaxago

wiseed

Lymmo

Lorsque vous vous inscrivez sur ces sites, ils vous interpellent à chaque étape sur les risques de cet investissement.

Tout comme un business angel vous financez des projets, vous pariez donc sur l’avenir.

Il vous sera aussi demandé votre expérience en investissement et le site doit valider votre profil d’investisseur avant de pouvoir postuler sur des projets.

Sur ces sites de financement participatif il n’y a pas que de l’investissement immobilier, vous pouvez aussi investir dans des start-up de différents domaines d’activité.



Conclusion:

Investir dans l’immobilier peut être à la portée de toutes les bourses, que ce soit à partir de 500 euros comme on vient de le voir ou sans apport, avec l’effet de levier du crédit comme nous l’avons vu dans un précédent article. Dans le financement participatif contrairement à la SCPI, l’investissement immobilier peut avoir un risque de perte de capital, mais si vous investissez de petites sommes ou si vous aimez la prise de risque  cela peut être l’opportunité de faire un bel investissement avec un très bon rendement.

Gagnez de l'argent simplement tous les mois

Dites moi où je peux vous envoyer ma méthode gratuite pour gagner de l'argent facilement tous les mois

Aucun spam, aucune pub, je m'y engage.

10 réponses à “Investir dans l’immobilier avec le financement participatif

  1. Bonjour,

    Merci pour l’info et de bien préciser qu’il s’agit d’investissements à caractère très risqué dans le non coté. Qui plus est, le risque d’illiquidité est très élevé dans l’immobilier.

    En cas de montée au capital, il est clair qu’on risque bien une perte totale. S’il s’agit d’obligations, est-ce qu’on investit dans de la dette senior ?

    Il me semble aussi raisonnable de vérifier le statut de CIP auprès de l’ORIAS (www.orias.fr) avant d’investir le moindre euro. On n’est jamais trop prudent.

    L.
    Laurent de nos-finances-personnelles.com Articles récents…Notre premier investissement locatif – Realty IncomeMy Profile

    1. bonjour Laurent, je ne sais pas pour ta question sur la dette senior, faudrait voir sur chaque site si ils en parlent.
      Ce que je peux te dire c’est que Le plateforme émet des obligations ou actions en tant que société SAS qui elle même apporte des fonds et ensuite finance une société civile de construction vente, c’est tout ce que je sais.

    1. Bonjour Tom je me tate je me suis inscris Anaxago le profil a été accepté, il y a un projet qui me tente bien forte rentabilité dans un lieu mythique

  2. Bonjour Patrice,

    Excellent article, je ne connaissais pas ce système non plus mais il me parait fort risqué par rapport par exemple aux SCPI.

    Dans le financement participatif de ce genre, au moment ou tu investit, rien ne dit qu’il va y avoir un retour sur investissement puisque tu ne connait pas le nombre d’appartements qu’il faut avoir vendu avant d’atteindre le seuil de rentabilité.

    Sans compter que rien ne dit que tout sera vendu et il y aura certainement des baisses de prix du promoteur dans les dernières ventes.

    Les SCPI sont peut être moins rémunératrices mais parait avoir un bon ratio rentabilité/risques et la tu est sur de toucher ton « loyer » tous les trimestres.

    A Bientôt

    Romaric

    http://www.sortir-du-rsa.fr
    Romaric de sortir-du-rsa.fr Articles récents…Expulsion locative – Pourquoi est ce si compliqué ?My Profile

    1. Bonjour Romaric, merci, disons que au début, tu t’inscris sur le projet mais tu ne payes que quand il y a assez de souscriptions par les particuliers. Les projets sélectionnés le sont en fonction du nombre de logements déjà vendus donc c’est déjà un gage de sérieux quand tu sais que le permis est accepté que le financement est deja bien avancé et que 1/3 des logements sont deja vendu. J’ai vu sur un des sites des logements près de chez moi, il y a donc déjà eu de nombreux projets sortis de terre.

  3. Un point qui me chagrine dans le concept : les promoteurs faisant appels à ce type de financement sont plutôt des petits promoteurs peu connus, ou récent.
    Car ls gros promoteur tel que Bouygues ont déjà un pied dans un organisme bancaire. De plus, ils peuvent montrer de nombreux programmes réussis à une banque, donc sont gages de sérieux. Sans compter qu’une émission d’obligation se ferai plutôt en direction d’institutionnel.

    Donc le risque me semble particulièrement important dans le cas présenté!

    En plus, dans le cas des investissements défiscalisants, il est courant d’estimer à 2 ans, la période entre investissement et début de location.
    Si la période est similaire, vous gagnez 10% sur 2 ans. Soit moins de 5% annualisé.
    Donc moins que des SCPI, pour un risque plus important.

    Au final, ça semble plus l’utilisation d’un effet de mode qu’un réel placement intéressant!

  4. Bonjour,
    Un ami m’avait déjà proposé cela, mais je n’étais pas convaincu. Ton article m’a quelque peu éclairé sur cette pratique. D’ailleurs, je songerai peut-être à me lancer dans le financement participatif à l’avenir.

  5. Bonjour,

    Merci pour cet article très précis sur le crowdfunding immobilier.
    L’article et les commentaires en ont bien résumé le principe : c’est un placement de diversification, puisque le risque mais aussi le rendement sont plus élevé que pour des produits types SCPI par exemple. Généralement cependant les investisseurs interviennent à un moment ou le projet est « ficelé » : pré-commercialisation effectuée, permis de construire obtenu et purgé…
    Je dirais que ce type de placement s’inscrit parfaitement dans une stratégie de diversification des investissements pour les profils « dynamiques ».
    Enfin, vous avez raison, il est important de vérifier le statut de CIP de la plateforme sur le site de l’Orias. Ces plateformes ont été habilitées par l’Autorité des Marchés Financiers et se conforment donc à la législation en vigueur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge