Comment créer une entreprise sans argent ? Mes solutions

Créer une entreprise à partir de rien a tout l’air d’un mythe. Pourtant, avec quelques astuces c’est tout à fait possible. Ce que vous devez savoir c’est que la majorité des businessmen qui ont réussi n’étaient tous partis qu’avec une passion et l’envie d’y arriver. Quelles sont les astuces pour se lancer dans l’entrepreneuriat sans disposer d’un investissement ? Un vrai parcours du combattant, non impossible. Voici quelques conseils qui pourront vous aider à concrétiser de projet. Mais déjà, si vous avez la passion, l’enthousiasme et la motivation, ce sont déjà de vrais atouts qui vous rappelleront constamment votre dessein. Ci-après quelques méthodes et astuces pouvant donc vous aider à faire naître votre projet.




Créer une entreprise sans argent, connaître avant tout les possibilités

En fonction du type d’entreprise que vous souhaitez créer, il n’est pas toujours nécessaire de disposer de matériels spécifiques. Cela étant, si la majorité des activités de services requiert toujours un matériel de départ, ce secteur vous permet toutefois de continuer à être un salarié à mi-temps. Le cas s’avère un peu plus compliqué pour la création d’une société qui demande par exemple un pas de porte ou l’achat de mobilier. Il vous faudra donc vous démener pour trouver un financement. Il existe également des projets nécessitant un financement initial. Ce qui vous prépare à creuser des solutions pour donner forme à ce type d’investissement.

Pour chaque cas, il existe toujours une alternative. Afin de parvenir à votre fin dans les meilleures conditions, il vous faut connaître les possibilités. La considération de ce paramètre vous évitera les mauvaises surprises. Il vous faudra aussi beaucoup d’organisation et une excellente force de persuasion.

·      Les difficultés pouvant être liées à la création d’une entreprise sans argent

Vouloir se lancer à créer une entreprise sans argent signifie également prendre conscience des contraintes et des difficultés pouvant être rencontrées. Si la création de l’entreprise elle-même ne requiert pas de somme conséquente, les démarches pour promouvoir vos produits et services peuvent demander un minimum de fonds propres. On peut notamment évoquer la prospection commerciale. Les frais de déplacement et autres sont également à tenir en compte. Cependant, ce ne sont en aucun cas des freins pour concrétiser votre projet d’entrepreneuriat. Les connaître vous permet de les contourner en solutions.

Comment créer une entreprise sans argent ? Déterminez les différentes étapes pour y arriver.

Un projet de création d’entreprises n’est pas à prendre à la légère. Cela demande implication et persévérance. Créer une entreprise sans argent est une tout autre histoire. Pour y parvenir, il ne faudrait surtout pas brûler les étapes.




●     Faire une étude de marché pour mieux se préparer

Bien que vous ne disposiez pas de fonds propres, cela ne signifie pas que vous ne devez pas procéder comme un vrai entrepreneur. La première étape à faire, une fois avoir bien défini votre projet est de faire une étude de marché. Comment est la concurrence ? Cette étude vous permet de vous situer, que ce soit au niveau de vos compétences ou de vos possibilités. Imprégnez-vous des tendances et allez au fond des choses.

Il n’est pas rare que vous plongiez dans un marché déjà submergé pouvant vous décourager, connaissant également que vous n’avez pas de sous pour démarrer. Si vous arrivez à produire une idée qui sort du lot, vous pouvez transformer votre manque de financement en un atout. Restez positif coûte que coûte.

●     Élaborer un business plan efficace

Afin de mettre votre projet au point, le business plan est un outil élémentaire. Il met à votre disposition un aperçu du modèle économique relatif à votre projet et dont vous allez vous inspirer pour sa réalisation. Vous devez essentiellement y élaborer toutes les façons possibles pour générer des bénéfices. Il faut que votre firme soit rentable dès son ouverture d’autant plus si vous êtes parti de zéro euro.

●     Opter pour un statut d’entreprise adapté

Pour monter votre boîte sans aucun sou en poche, le mieux est de vous orienter vers un statut d’autoentrepreneur. Ce statut d’entreprise vous offre la possibilité d’édifier votre société sans présenter un capital social. Autre avantage : il vous permet aussi de réaliser d’autres activités en parallèle (salarié à mi-temps, étudiant, etc.).

La création d’une entreprise avec associé n’est pas recommandée si vous n’avez pas d’argent pour démarrer. Pour monter une SAS ou SARL, il faut effectivement prévoir des frais de constitution qui tournent autour de 350 à 500 euros.

●     Choisir de se faire financer pour monter sa boîte

Créer une entreprise sans argent ne signifie pas qu’il n’y a plus d’autres alternatives pour disposer d’un financement. Si vous n’avez pas le budget nécessaire dans votre trésorerie pour monter votre affaire, vous pouvez toujours envisager de solliciter un emprunt. Il est vrai que les banques sont de plus en plus méfiantes dans l’octroi d’un prêt professionnel en raison des risques présentés. Toutefois, ce n’est pas la seule option. Désormais, il existe de nombreuses solutions de financement pour les porteurs de projet.

Création d’entreprises, les solutions de financement possibles

Comment créer une entreprise sans argent ? Voici une des problématiques qui empêchent bon nombre d’entre nous de nous lancer dans l’entrepreneuriat. On pense immédiatement aux prêts bancaires. Mais si on ne dispose pas d’un revenu régulier, les organismes de prêt n’accordent pas facilement un crédit. Les banques sont en effet de plus en plus frileuses concernant l’octroi d’un prêt, plus particulièrement pour les personnes affichant une instabilité financière. Rien ne sert encore de désespérer. Il existe diverses alternatives au prêt bancaire.

·      Love money : la collecte de fonds auprès de vos proches

Un des premiers types de financement qui nous vient en tête quand on décide de créer son entreprise, le Love money est également connu sous l’appellation de capital de proximité. Son principe est simple : récolter les fonds nécessaires auprès des proches, que ce soit la famille, les amis ou des connaissances.

L’un de ses premiers avantages est qu’il vous fait bénéficier d’une exonération fiscale. Si le donateur est de la famille, le bénéficiaire a la possibilité d’obtenir un fonds allant jusqu’à 31 865 €, sans devoir payer des impôts. Toutefois, quelques conditions sont à respecter :

  • Le donateur doit avoir moins de 80 ans,
  • Le bénéficiaire doit être un enfant ou un petit-enfant du donateur,
  • Le bénéficiaire doit être majeur.

Bien que cette collecte de fonds ne demande pas de procédures compliquées, elle requiert tout de même la rédaction d’un acte notarié. Celui bénéficiant du don doit en faire part au centre des Finances publiques de sa région.




·      Le prêt d’honneur en renfort à un apport personnel

Le prêt d’honneur est un crédit généralement à taux zéro. Il vise à financer un projet de création ou de reprise d’une entreprise. D’un montant oscillant entre 1 800 et 90 000 euros, il est sans caution ni garantie. Son principe se base principalement sur un remboursement sur « l’honneur ». Pour l’obtenir, votre demande doit avant tout passer par un comité d’agrément. Ce dernier est composé de banquiers et de dirigeants d’entreprise. Certains experts en financement comme Initiative France et Réseau Entreprendre prennent également part aux décisions.

Le montant d’un prêt d’honneur varie suivant l’ampleur et le type du projet. Le choix des organismes sollicités peut également influencer cette somme. Pour le cas d’Initiative France par exemple, vous pouvez obtenir un crédit de 3 000 à 50 000 euros. Tandis que pour Réseau Entreprendre, il peut aller de 10 000 à 50 000 euros. Les projets plus innovants peuvent quant à eux bénéficier d’un montant encore plus élevé.

 

Qui peut en bénéficier ? Ce prêt s’adresse à vous si vous présentez un plan d’affaires solide en tant que créateur d’entreprise. Les dirigeants peuvent également le solliciter dans le cadre d’un projet permettant de développer leurs activités ou leurs services.

·      Le prêt entre particuliers, simple et rapide

Si vous n’avez pas les moyens, mais disposez d’un projet qui va rapporter, vous pouvez envisager le prêt entre particuliers en termes de financement. Il s’agit d’un moyen pour se faire prêter de l’argent sans passer par une banque. Vous pouvez faire une demande de prêt entre particuliers auprès d’un proche, mais il existe également désormais des établissements intermédiaires en ligne, comme Younited Credit. Il met en relation les particuliers qui demandent des prêts et ceux qui souhaitent emprunter de l’argent.

Pour un montant minimal de 760 euros, le prêt entre particuliers engage à peu près les mêmes principes qu’un prêt contracté auprès d’une banque. Même si les conditions ne sont pas aussi strictes qu’avec cette dernière. Un crédit entre particuliers obéit à des conditions de taux, de délais de remboursement, etc. Il est exigé d’établir un contrat de prêt ou une reconnaissance de dette. Ce prêt s’adapte parfaitement à la situation financière actuelle des ménages. Il serait l’idéal pour vous si vous avez un projet qui vaut la peine d’être concrétisé, mais que vous n’avez pas les fonds nécessaires.

·      Le financement participatif ou le crowdfunding

Le financement participatif ou le crowdfunding est une solution de financement via une collecte de fonds sur une plateforme en ligne. Pour le comprendre en quelques mots, il s’agit d’un financement qui fait appel au grand public. Une technique qui date puisqu’elle a déjà été exploitée au XIXème siècle. Le crowdfunding s’adresse à tous les porteurs de projets et les entrepreneurs. Il permet au demandeur de financement de faire appel à des internautes pour lui fournir des fonds permettant de concrétiser son projet. Afin de les convaincre, il doit présenter son projet et se lancer dans une campagne de communication. En plus de collecter des fonds s’il est persuasif, il peut déjà faire la promotion de son projet. Ce qui fait d’une pierre deux coups. En effet, il peut déjà élargir sa communauté et ses connaissances.

Lors de la présentation de son projet, le porteur peut proposer une récompense une fois que son plan aboutit. Ce type de financement peut notamment l’aider à démarrer des projets créatifs ou en rapport au développement durable.

·      Les apports en numéraire, une option de financement ingénieuse

Les apports en numéraire sont les apports les plus fréquents dans la création de sociétés. Il concerne la mise à disposition d’un financement de la part d’un associé pour l’entreprise.  Ce transfert d’argent constituera le capital de la société. Ces apports font de leurs apporteurs des associés et leur font profiter d’une part équivalente des bénéfices. Ils profitent également des droits de vote lorsqu’il s’agit de prendre des décisions à propos de la vie de l’entreprise. Il existe toutefois des conditions à respecter pour entamer cette démarche. Il convient donc de vous renseigner davantage avant de vous lancer dans cette voie.

 

·      Le micro crédit pour la création d’entreprises, un emprunt pour les exclus bancaires

Le micro crédit professionnel est également une solution pertinente pour monter sa boîte. Il s’agit de l’octroi d’un prêt de faible montant afin d’aider les créateurs d’entreprise ne disposant pas de ressources suffisantes. Son taux d’intérêt moyen avoisine les 7%. Il est aussi destiné aux entrepreneurs qui n’ont pas la possibilité de faire une demande de crédit auprès d’une banque. Ce crédit ne fait pas de distinction entre les statuts de société. Toute entreprise peut y souscrire qu’elle soit EURL, SARL, individuelle ou autre. Il ne privilégie pas non plus une activité en particulier. Il s’adresse à tous les corps de métier.

Pour pouvoir obtenir ce crédit, il faut que vous présentiez un projet de création d’entreprises. Mais, il est aussi valable pour les entreprises de moins de 5 ans. Il est accessible à ceux qui attestent de plusieurs refus de demande de prêt bancaire. Le montant demandé ne doit pas dépasser les 10 000 euros. Son remboursement doit s’effectuer jusqu’à 60 mois au maximum. Afin de faire votre demande, vous devez vous rendre auprès des établissements qui sont habilités à le faire. On déploie généralement ce crédit pour l’achat de matériel, de véhicule, etc. L’ADIE est sans doute l’organisme de référence en matière de micro crédit. Le but de celui-ci est surtout d’aider les personnes en difficulté d’améliorer leur situation en montant une petite affaire.



Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply:

You cannot copy content of this page