Comment devenir freelance ? Toutes les astuces

Devenir freelance, c’est parfois le rêve de toute une vie. En effet, le salariat offre une stabilité et peut-être un job parfait, mais n’est pas l’idéal. Être autonome, gérer soi-même son emploi du temps, faire quelque chose de passionnant, voilà l’idéal. Si vous avez décidé de sauter le pas, voici quelques astuces.

Trouver votre domaine de prédilection : quel emploi pour devenir freelancer ?

C’est la principale question. Pourtant, il n’y a pas d’emploi type dans le freelancing. Vous pouvez être artisan, graphiste, designer web, décorateur, rédacteur, bricoleur, etc. Une idée comme quoi le freelancing est attaché au métier du web circule. Ce n’est pas faux, mais pas totalement correct. Le freelancing est un type de contrat, qui vous permet de travailler à la maison ou dans tout autre lieu autre qu’un local.



Seulement, il est associé à une idée de liberté qui veut que le domaine de travail soit votre ou vos domaines de prédilection. Les types d’emploi étant nombreux, vous pouvez être freelancer tout en étant artisan. Mais les métiers du web restent les plus plébiscités étant donné la forte demande :

  • graphiste,
  • développeur web,
  • traducteur,
  • rédacteur web,
  • correcteur,
  • assistant virtuel,
  • Se préparer correctement : suivre des formations

Comme toute nouvelle activité, le freelancing se prépare des mois à l’avance. En fait, il faut vous laisser du temps avant de décrocher ou de démissionner définitivement.  Cela évite les périodes de blancs et les pertes inutiles. Ainsi, vous devriez suivre des formations ou au moins faire des recherches sur ce type de contrat et le type de travail souhaité. Mais où trouver de bonnes formations et de bonnes explications ?

  • Se former au métier de freelancer

La reconversion professionnelle peut être difficile puisque tout le monde ne sait pas gérer un client ni son temps. Et si les premiers freelancers étaient autodidactes, actuellement, des formations en ligne existent. Le côté « en ligne » est précisé puisque la majorité des emplois se font par l’intermédiaire d’internet.

E-commerce académie, par exemple, propose des formations dans le cadre du commerce en ligne. Vous apprendrez le dropshipping, la création de boutiques virtuelles ou encore la gestion d’un business en ligne.

  • Les formations proposées par d’autres freelancers

Actuellement, de nombreux freelancers expérimentés proposent des formations personnalisées. Certains sont déjà connus et ont une notoriété internationale. C’est le meilleur moyen pour apprendre sachant que ces individus savent réellement de quoi il en est. Ils ont les meilleures astuces et les meilleurs conseils à vous donner.

  • Les tutoriels en ligne

Vous pouvez directement suivre des tutoriels en ligne pour savoir comment réaliser les tâches dans le cadre d’un travail de freelance. Il suffit de taper le mot clé « tutoriel freelance » et vous aurez tout un tas de tutos à lire. Découverte garantie… Les bons conseils s’y trouvent également, ainsi que les astuces pratiques pour devenir freelance.

Comment trouver des clients ?

Plusieurs options existent pour trouver ses premiers clients. Certains font du prospect, d’autres vont sur les plateformes pour freelances. Ainsi, soit vous optez pour la prospection client, soit vous cherchez des missions sur les sites dédiés. En d’autres termes :

  • la première option consiste à envoyer des mails et faire jouer vos contacts pour avoir un ou plusieurs clients réguliers ;
  • la seconde vous évite ce genre de travail et vous permet de choisir des petites missions.




La prospection client

C’est toute une institution. Certains freelancers vous diront que la prospection client est le meilleur moyen pour trouver des contrats. Mais en fait, vous pouvez avoir des contacts et autant de possibilités possibles en prospectant aux bonnes adresses. Vous laissez, en effet, vos coordonnées pour un retour éventuel si votre mail n’est pas retenu.

Il s’agit d’envoyer des mails de présentation sur les sites ou de déposer des demandes auprès des clients potentiels. Certains vont un site, regardent si tout est correct (rédaction fiche produit, codage, photo, etc.). Après, ils proposent des mises à jour ou de l’aide. L’important est de bien savoir les rédiger, d’où l’importance des formations finalement.

Vous pouvez aussi le chercher des clients sur les réseaux sociaux, en proposant vos offres sur votre profil. Et il y en a des tas : Instagram, LinkedIn, Facebook, YouTube, etc. D’ailleurs, des groupes et des pages d’entraides entre freelances existent. Leur nombre reste inconnu tellement il y en a. Plusieurs clients y proposent leurs offres, il suffit ainsi d’y répondre.

Les plateformes en ligne

Elles sont nombreuses. Certaines proposent tout un tas de missions, tous domaines confondus, d’autres sont spécialisés dans un type de métier en particulier :

  • Fiverr: il est spécialisé dans les missions de scrappinig, notamment la rédaction, le développement web ou la traduction. Il est également ouvert au monde entier : freelancers malgaches, indiens, français, Maghrébins, etc., et les volumes sont souvent importants ;
  • Malt: il est disponible uniquement en France, mais propose un large choix : rédaction, traduction, commerce, développement, graphisme, etc. Le plus, la rémunération est très attrayante ;
  • com: ici, vous avez tout. L’inscription est facile. Mais pour que votre profil s’affiche en haut de page, il faut payer un abonnement mensuel. Tout le monde peut aussi l’intégrer, qu’il soit en France, en Chine, à l’île Maurice ou aux États-Unis. Cela signifie que le pays d’origine n’affecte pas les missions ni les tarifs ;
  • com: l’un des plus connus. Même s’il est dédié aux développeurs, vous y trouverez des offres pour graphistes, assistants virtuels, rédacteurs, etc. Il est le site principal de certains sites spécialisés comme graphiste.com, traduc.com ou redacteur.com.

Il y en a d’autres évidemment : Upwork, Woizi, Jobsresso, Angel.co, Kang, Creativlink, Scribeur, Redactiweb, etc. Celles présentées font partie des plus connues et des plus appréciées.

Notez que la concurrence peut être rude sur certains sites comme codeur.com par exemple. Vous pouvez avoir jusqu’à trente ou même cinquante réponses à une seule offre. D’autres offrent la mission au premier venu. D’autres encore laissent au client le choix du prestataire.




Autodidacte : comment devenir freelance ?

Si vous êtes autodidacte, vous pouvez éviter certaines étapes. Mais cette option est réservée à ceux qui pensent avoir suffisamment de moyens et de compétences pour démarrer seul. À vrai dire, vous passez toujours par toutes les étapes obligatoires. Seulement, vous privilégiez plus le travail seul que les formations.

Connaître vos compétences

C’est un réel travail d’introspection, si on peut dire, puisque vous devriez être capable d’identifier seul vos compétences et vos atouts. Ainsi, vous pourrez chercher des clients directement sans suivre de formation. Vous pouvez également ne pas vous inscrire sur les plateformes pour freelance. Le travail de prospectionsera plus important, certes, mais il le faut puisqu’il est besoin d’avoir des contrats.

Quel que soit votre domaine d’intervention donc ou vos préférences, vous devriez savoir les mettre en valeur. Attention à également connaître vos limites pour ne pas perdre des clients ou des contrats. Vous pouvez aussi bien tomber, ce qui est évident. Mais ce sera plus facile de vous relever puisque vous avez déjà de la détermination personnelle en réserve. De même, comme vous êtes prêt à être freelancer à vos dépens, rester motivé est la seule option.

Trouver la formule qui vous convient

Lorsque vous aurez un client ou plusieurs, il vous reste à trouver la formule qui vous convient. Cela signifie que vous devriez trouver votre rythme tout seul. Vous devriez également apprendre au cas par cas et trouver votre méthodologie de travail seul. Ce qui est bien dans un sens puisque toutes les responsabilités vous incombent.

Cela vous aide aussi à vous construire petit à petit et surtout à trouver votre voie plus rapidement. Comme tout le monde n’y arrive pas, il faut avoir le goût du risque pour se lancer ainsi. Votre côté entrepreneur et aventurier sera ainsi votre plus grand atout.

Les avantages et les inconvénients du freelancing

Quelles que soient vos options, sachez que le freelancing présente des avantages et des inconvénients. Il faut être prêt à faire face à tous les aléas des contrats freelances, mais aussi être suffisamment informés dessus. En effet, nombreux ont essayé et ont échoués parce qu’ils n’ont pas su gérer les problèmes, pensant que tout ne serait que rose.

Les avantages

Les avantages du freelancing, c’est comme une véritable publicité autour du travail de freelance.

  • Liberté et autonomie de travail

Cela va de soi, la liberté de travail et l’autonomie sont les principaux avantages du freelancing. Vous n’avez pas de supérieur hiérarchique, donc pas de pression. Vous êtes seul décideur et personne n’intervient dans vos décisions. Vous avez toutes les marges de manœuvre possibles à disposition pour toutes les situations.

Cela sous-entend également un petit laisser-aller. Vous pouvez prendre un café quand vous voulez, faire une pause ou sortir quand bon vous semble. La routine n’existe donc pas et ne peut pas exister. De même pour les réunions, il n’y en a pas.

  • Liberté de facturation

Comme vous êtes seul décideur, vous pouvez fixer librement vos tarifs. Vous pouvez fixer un prix à la tâche, à la journée ou à la semaine. Vous avez même le choix de refuser certains clients (ce qui est dommage) ou de refuser certaines rémunérations. Évidemment, il faut tout de même rester dans les normes, sans trop augmenter le tarif ni le brader. Voilà pourquoi un freelancer gagne beaucoup plus qu’un salarié…

  • Moins de dépenses et de déplacements

Vous travaillez à la maison. Cela évite les embouteillages, les métros, les routines, etc. Cela vous permet également d’épargner plus que d’habitude puisque vous dépensez moins. Plus besoin de payer le ticket de métro ou le taxi ou même le bus. Cela vous évite les déplacements inutiles et les pertes de temps.

Si vous ne louez pas d’espace co-working, vous aurez encore plus d’argent. La charge locative potentielle étant reportée directement sur vos finances.

Les inconvénients

Ils sont assez nombreux finalement. Mais ils varient selon le caractère de chacun et son mode de fonctionnement :

  • La solitude 

À côté de la liberté qu’offre le freelancing, sachez que vous serez isolé et seul. Vous serez à la maison, le plus souvent, seul à tout faire, sans nécessairement avoir d’assistance ou de supérieur. Eh oui, vous n’avez pas de patron donc personne n’est pas pour vous gérer. Ce qui sonne bien, mais n’est pas toujours un facteur de productivité.

Certains choisissent d’intégrer des clubs ou de travailler dans des espaces co-working pour éviter cette situation. La vérité, beaucoup n’arrivent pas à tenir le rythme à la maison et préfèrent être entourés. Ils simulent le travail en local, mais gardent leur liberté de travail. Des fois, c’est pour chercher de nouvelles opportunités. Il peut aussi s’agir d’une recherche de lien social tout simplement.

  • La gestion administrative

L’administratif tout entier vous incombe, sachez-le. Cela concerne autant les factures, les relances que la comptabilité. Les impôts, les banques, les paiements… tout y est.

Certains appellent un comptable, par exemple, mais cela dépend du nombre de papiers ou plutôt de l’importance de travail. Si vous avez un client fixe, vous n’en aurez pas besoin. Si vous travaillez en ligne sur des plateformes, cela est presque obligatoire.

  • La gestion de la vie personnelle et professionnelle

Comme le freelancing se fait à la maison, il est difficile de concilier vie de famille et boulot. Et à la différence du bureau, pour souffler un peu, vous allez sortir de la maison et non rentrer chez vous. Vous serez souvent à la charge de toutes les corvées, tout en étant obligé de travailler. Ce qui n’est pas facile. Vous devriez avoir l’œil sur les enfants tout en restant concentré. Ainsi, il est difficile de tenir un rythme constant. Il faudra plus aller à l’instinct.

Certains établissent des emplois du temps, ce qui est parfait. Ils ont ainsi une ligne directrice à suivre tous les jours. Justement, pour tenir le rythme et le coup, il faut se fixer des objectifs quotidiens. Mais cela n’est possible que vous habitez seul ou si vos enfants vont à l’école. Pour les plus structurés, cela ne devrait pas poser de problème.



Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply:

You cannot copy content of this page